Evolution des modalités de prise en charge : sérologies, biologie moléculaire et culture virale

Toxoplasmose, hépatites

Suite à l’arrêté du Journal Officiel du 11 janvier 2019, nous vous informons des principales modifications de la Nomenclature des actes de biologie médicale applicables depuis le 1er février 2019. 

Serodiagnostic de la toxoplasmose

Pour rappel, la recherche d’anticorps spécifiques anti-Toxoplasma (IgG et IgM) est prise en charge dans le cadre du dépistage, du diagnostic et de la surveillance :

– chez la femme enceinte : au cours du 1er trimestre de la grossesse, chez toute femme qui ne peut prouver son immunité, avec une surveillance mensuelle chez les femmes séronégatives, poursuivie jusqu’à 2 à 4 semaines après l’accouchement,

– chez les patients présentant des symptômes évocateurs de toxoplasmose, chez les patients donneurs ou receveurs de cellules souches hématopoïétiques, d’organes ou de tissus (en pré-greffe), chez les patients immunodéprimés,  …

Désormais, à l’initiative des biologistes, sont également pris en charge les tests suivants, dans les situations définies ci-dessous :

– en cas de résultat équivoque ou positif d’IgM : un test de confirmation des IgM anti-Toxoplasma

– en cas de résultats équivoques d’IgG : un test de confirmation par immuno-empreinte des IgG anti-Toxoplasma

– en cas de positivité des IgG et des IgM confirmées : une mesure d’avidité des IgG anti-Toxoplasma.


Serodiagnostic des infections à CMV

La prise en charge de la recherche des IgG et IgM anti-CMV est limitée aux cas suivants :

– suspicion d’infection récente,

– femme enceinte en cas de signes cliniques ou biologiques ou échographiques évocateurs,

– donneur de gamètes avant le don.

La mesure de l’avidité des IgG est désormais remboursée, uniquement chez la femme enceinte lors d’une suspicion d’infection récente avec IgG et IgM anti-CMV positives à l’initiative des biologistes.


Hépatites virales : hépatite B (VHB)

Sont pris en charge les examens suivants, dans les contextes suivants :

Dépistage et/ou diagnostic d’une hépatite B : Ag HBs, Ac HBs, Ac HBc (les trois marqueurs seront effectués conjointement, quelle que soit la prescription).

En cas de résultat positif pour l’Ag HBs : il n’y a plus de sérologie de contrôle sur un nouveau prélèvement ; une PCR ADN VHB est indiquée (sur prescription médicale) et remboursée, pour mettre en évidence une réplication virale. Dans le contexte d’une suspicion d’hépatite aiguë, une recherche des IgM anti-HBc sera réalisée à l’initiative des biologistes.

– Dans le cadre d’une surveillance de grossesse : Ag HBs isolé

– Pour la détermination du statut immunitaire dans un contexte de vaccination : Ac HBs isolé (pour le contrôle de vaccination, cet acte n’est à réaliser qu’1 à 2 mois après un schéma vaccinal complet)

– Pour le suivi d’une hépatite B chronique : Ag HBs, Ag HBe, Ac HBe

Pour le contrôle de guérison : Ag HBs et Ac anti-HBs.

Hépatites virales : hépatite Delta (VHD)

– La prise en charge des Ig totales anti-Delta est limitée aux patients porteurs de l’antigène HBs.

Hépatites virales : hépatite C (VHC)

– En cas de résultat positif pour les Ac anti-VHC : il n’y a plus de sérologie de contrôle sur un nouveau prélèvement Une PCR ARN VHC est indiquée (sur prescription médicale) et remboursée pour mettre en évidence une réplication virale, en particulier suite à des Ac anti-VHC positifs ou douteux.

– La prise en charge du génotypage du VHC par biologie moléculaire est limitée au bilan pré-thérapeutique de l’hépatite C.

Hépatites virales : hépatite E (VHE)

Les IgM anti-VHE isolément sont remboursées pour le diagnostic d’une infection récente (les IgG anti-VHE ne sont plus remboursées).

Virus de la famille des herpes viridae

Infections à Herpès simplex (HSV)

La prise en charge des IgG anti-HSV1 et HSV2 est  limitée aux 2 cas suivants :

– définition du statut immunitaire chez un patient avant mise sous traitement immunosuppresseur,

–  premier épisode d’herpès génital au cours de la grossesse ou à l’accouchement.

Les IgM anti-HSV1 et HSV2 ne sont plus remboursées.

La détection du génome et le typage HSV1/HSV2 par amplification génique sont désormais remboursés (selon indications).

La culture virale orientée et le diagnostic d’orientation par IF directe pour la recherche de virus HSV1 et HSV2 ne sont plus remboursés.


Varicelle (VZV)

La prise en charge des IgG anti-VZV est limitée à la détermination du statut immunitaire.

Les IgM anti-VZV ne sont plus remboursées.

La détection du génome VZV par amplification génique est remboursée (selon indications).

La culture virale orientée et le diagnostic d’orientation par IF directe pour la recherche de VZV ne sont plus remboursés.

Sérologie Syphilis

La HAS a actualisé ses recommandations en 2015 concernant le sérodiagnostic de la syphilis et la Nomenclature des Actes de biologie médicale a été mise à jour en juin 2018 (JO 8 juin 2018).

Ainsi, nous vous proposons d’effectuer les tests en fonction des indications et des situations cliniques suivantes :

Syphilis dépistage :

Recherche des anticorps totaux par technique ECLIA, plus sensible que le TPHA.

Si et seulement si les anticorps totaux sont positifs, nous réalisons un test VDRL/RPR.

Chez la femme enceinte ayant un ECLIA+ et un VDRL/RPR+, nous transmettrons le prélèvement pour une confirmation diagnostique par un Western blot IgG.

Syphilis de contrôle :

Si lors d’un précédent bilan, le test tréponémique ECLIA (anticorps totaux) était positif et le VDRL négatif, et que vous suspectez une séroconversion, il convient de reprélever le patient une à deux semaine plus tard pour effectuer un contrôle du VDRL/RPR.

Syphilis suivi thérapeutique :

Réalisation du VDRL/RPR quantitatif et reprise en parallèle de l’échantillon antérieur afin de comparer les titres.